© 2012 . All rights reserved. André-Gratton1

Une journée de juillet à la Maison André-Gratton – Partie 1

Gérée par le Phare Enfants et Famille, un organisme à but non-lucratif, la Maison André-Gratton est unique en son genre au Québec et accueille gratuitement des enfants atteints de maladies graves pour des séjours de répit.

L’équipe qui s’occupe de cette maison de soins palliatifs pédiatriques est composée de médecins, d’infirmiers, d’auxiliaires, d’animateurs et de bénévoles qui unissent leurs forces pour offrir aux enfants un séjour inoubliable, pendant que leurs parents se reposent, l’esprit tranquille, sachant que leurs protégés sont entre bonnes mains.

En effet, le travail à temps plein qu’effectuent les parents d’enfants malades, uniquement pour assurer la survie de leur petit, est très exigeant et particulièrement délicat, puisque des soins complexes doivent être procurés.

Gaëtan, animateur taquin et chaleureux, collectionne les sourires et est un spécialiste de la rigolade. Le matin de notre visite, Gaëtan a rendez-vous à la piscine. La piscine intérieure de la maison André-Gratton est en effet un incontournable et fait le bonheur de bien des enfants malades qui doivent passer leur vie en fauteuil roulant. Dans l’eau, leurs muscles se relâchent, le corps est moins lourd et c’est une belle occasion de se détendre qu’on leur offre.

En chaise roulante sur terre, Philippe, 12 ans, arrive à marcher dans l’eau ce qui semble le rendre fier. Ce dernier réclame des fusils à eau. Philippe et Gaëtan se lancent alors dans une bataille éclaboussante.

Une fois bien secs, c’est l’heure de la surprise. Gaëtan, vêtu en Père Noël, et moi, en Fée des étoiles, faisons notre grande entrée au salon et distribuons les cadeaux aux quelques douze enfants en séjour à la maison. La plupart ne peuvent pas parler, mais ils nous regardent tous attentivement.

C’est là que je fais la rencontre de la charmante et souriante Mackenzie. La petite, en fauteuil roulant, oxygénée par voix nasale, observe ma baguette magique avec intérêt. Je la lui offre, mais dans l’espace de quelques secondes, cette coquine destructrice casse en deux la baguette de plastique en souriant.

Une fois le brouhaha de Noël des campeurs terminé, plusieurs des enfants vont faire une sieste. Gaëtan a cependant préparé une activité pour celles qui restent éveillées soient Mackenzie et Cynthia, cette dernière n’étant pas en contrôle total de ses mouvements. Qu’à cela ne tienne, on bricole des marionnettes!

On mise ici sur le visuel et le toucher. On chatouille l’une avec les cheveux de la marionnette, on montre à l’autre les couleurs flamboyantes des pompons. Comme le soulignait Valérie Desrosiers, coordonnatrice au développement financier au Phare, l’important dans la plupart des activités ce n’est pas le résultat, mais bien le processus. On essaie donc de mettre de côté les restrictions imposées par la maladie de chacune et on se concentre sur l’éventail des possibilités. Ce ne sont peut-être pas les deux petites qui ont manipulé les objets pour bricoler, mais les marionnettes qui en résultent sont tout de même les leurs et c’est tout ce qui compte.

Ne manquez pas, la semaine prochaine, la partie 2 de notre journée à la Maison André-Gratton !

Pour en savoir plus sur le Phare Enfants et Famille, la maison André-Gratton et les autres services offerts, visitez : http://www.phare-lighthouse.com/.

  • Bio des auteurs

  • Jean-Phillipe Massicotte

    http://esperamos.ca
    Jean-Phillipe Massicotte
    Directeur du développement Producteur webdoc et documentaire Après une maîtrise en philosophie politique et un passage à la salle des nouvelles de Radio-Canada, Jean-Philippe se joint à l’équipe d’esperamos films en 2008. Depuis, il ...En lire plus